Mois: octobre 2011

Dupont Lajoie, un visionnage s’impose…

Publié le

Une ou plusieurs raisons de voir le film :
Le cocktail détonnant de la lâcheté et du racisme : Jean Carmet est plus épouvantable encore que Victor Lanoux, dans une histoire doublement atroce. Quand on n’a pas vu ce film, qui commence comme une comédie franchouillarde, on n’a pas vu grand-chose. Dupont Lajoie, c’est l’histoire d’un engrenage, d’une fuite en avant sanglante. C’est fort, dur parfois, tout sauf complaisant. La galerie de portraits est terrifiante par le contraste entre ces gens a priori sympathiques individuellement, comme on en connaît des dizaines, et ce qu’il peuvent devenir d’une seconde à l’autre… Dans le contexte de l’époque, marqué par l’autosatisfaction de la France qui croit que les 30 glorieuses vont durer toujours, où la guerre d’Algérie est toute proche, on comprend que le film ait provoqué des réactions violentes : trop de gens se sont reconnus…

 

Publicités

Adagio for String…

Publié le Mis à jour le

Aujourd’hui j’aimerai vous faire partager un morceau du compositeur américain Samuel barber.
Cet « Adagio pour Cordes » est une pure merveille qui fut joué entre autre en mémoire des victimes du 11 septembre 2001.

L’Adagio pour cordes provient d’un mouvement de son quatuor à cordes n° 1, Op. 11, composé en 1936. Il suit un premier mouvement brutal et très différent, et précède une courte reprise de cette musique.

En janvier 1938, Barber envoya le morceau à Arturo Toscanini. Le chef d’orchestre rendit la partition sans commentaire, et Barber, vexé, évita de le revoir. Toscanini lui envoya alors un mot par le biais d’un ami, disant qu’il envisageait de jouer l’œuvre et qu’il la lui avait rendue parce qu’il l’avait déjà mémorisée1. L’arrangement de Barber lui-même pour orchestre à cordes fut créé par Arturo Toscanini avec l’orchestre symphonique de la NBC le 5 novembre 1938 à New York.

Le compositeur arrangea aussi le morceau en 1967 pour un chœur de huit chanteurs, sous forme d’Agnus Dei.

 
 
 

Polaroid…

Publié le

La Photo du jour…

Publié le

Le jour où la Chine s’effondrera… | Slate

Publié le Mis à jour le

Le jour où la Chine s’effondrera…

Nouriel Roubini, spécialiste de l’annonce des catastrophes, en est sûr: le système chinois ne tiendra pas. S’oriente-t-on vers une crise bancaire ou Pékin arrivera-t-il à passer entre les gouttes?

Si l’on en croit l’opinion dominante, le monde a basculé et la crise financière n’a fait qu’accélérer le mouvement. Le poids économique des vieilles nations industrielles décroît et la montée en puissance des pays émergents, Chine en tête, doit se poursuivre au cours des prochaines années. D’une certaine façon, c’est rassurant de savoir qu’il y a au moins quelques zones dans la monde où l’activité restera soutenue, alors que le doute est profond concernant la croissance future de l’Europe et des Etats-Unis. Si le FMI a sensiblement réduit ses prévisions pour tous les pays, Chine y compris, il crédite tout de même cette dernière d’une croissance de 9,5% cette année et de 9% l’an prochain.

viaLe jour où la Chine s’effondrera… | Slate.

La dette française…

Publié le Mis à jour le

1.693.000.000.000 €. C’est le montant de la dette publique française à la fin juin 2011, selon les chiffres publiés par l’Insee le 30 septembre: à titre de comparaison, en montants actualisés (c’est à dire en tenant compte de l’inflation), elle était de 110 milliards en 1981, 385 milliards en 1991 et 853 milliards en 2001. En l’empilant, toujours en palettes de 100 millions d’euros, on atteint les dimensions de l’Arc de Triomphe de l’Etoile, qui fait 50 mètres de hauteur, 45 de largeur et 22 de profondeur. La prochaine fois que vous passerez devant en voiture, vous pourrez dire que vous avez vu la dette française…
 
Un site à découvrir sans faute:

http://www.slate.fr/story/45173/visualisation-dette-francaise-billets-cent-euros

Nikon petit concours Photomicrographie mondiale

Publié le Mis à jour le

Le Nikon petit concours Photomicrographie mondiale nous permet de voir au-delà des capacités de l’oeil nu. Près de 2000 entrées provenant de 70 pays rivalisaient pour la reconnaissance de la 37e édition annuelle du concours, qui célèbre la photographie à travers un microscope. Deux images à 21 vitrine gagnants du concours dans l’ordre, et sont suivis par une sélection d’autres œuvres remarquables. Les scientifiques et les photographes ont tourné leur attention sur un large éventail de sujets, à la fois vivant et l’homme, de la larve de chrysope aux dispositifs à couplage de charge, parfois en les grossissant de plus de 2000 fois leur taille originale. – Lane Turner

http://www.boston.com/bigpicture/2011/10/nikon_small_world_photomicrogr.html?camp=obinsite