Mois: mars 2011

Quand le moral est au plus bas…

Publié le

Rien de mieux qu’un bon gâteau renversé aux pêches.

INGREDIENTS

 

Pour le caramel
150g sucre
Pour le gâteaux
3 pommes golden
150g de farine
150g de sucre
150g de beurre
3 oeufs
1 sachet de sucre vanillé
1 sachet de levure chimique

PREPARATION

1

Commençons par préparer le gâteau. Dans une terrine mélanger le sucre et les oeufs jusqu’à blanchissement. Ajouter la farine. Bien mélanger, ce doit être homogène. Ajouter le beurre fondu. Mélanger à nouveau. Pour finir ajouter le sucre vanillé et la levure. Mélanger encore une fois.

2

Peler les pommes, et les couper en quartiers. Les arroser d’un filet de jus de citron pour éviter qu’elles noircissent.

3

Préchauffer le four 180°C.

4

Préparer rapidement le caramel. Mettre les 150g de sucre dans une casserole. Attendre que le sucre commence à fondre, il va commencer à caraméliser. A ce moment-là tourner le caramel sans arrêt. Dès qu’il commence à prendre une jolie couleur caramel, enlever la casserole su feu. S’il reste des grumeaux de sucre continuer à tourner hors du feu et remettre légèrement à chauffer. Attention à ne pas laisser le caramel chauffer trop longtemps car il serait trop amer.

5

Une fois le caramel prêt, le verser rapidement dans votre moule à manqué beurré avant qu’il ne durcisse (et je sais de quoi je parle!).

6

Disposer les pommes en rosace par dessus et verser la préparation du gâteau.

7

Enfourner pour 40 minutes environ. Attention, le gâteau à tendance à cuire trop vite. Si tel est le cas, baisser la T° du four. Planter la lame d’un couteau pour vérifier la cuisson.

Publicités

Stanley Kubrick, le maitre…

Publié le

Pourquoi Kubrick est-il culte ? Stanley Kubrick.

Reuters

Kubrick or not Kubrick ? Telle est la question. Qui était-il vraiment, dans quel état errait-il ? Pourquoi tant de culte ? Tentative d’explication en 10 petits points à l’occasion de l’exposition à la Cinémathèque française, du 23 mars au 21 juillet.

1. Parce que personne à part lui, n’a réellement compris la fin de 2001, l’Odyssée de l’espace.

2. Parce que quitter Hollywood pour vivre reclus dans un manoir anglais quand on est un cinéaste américain, c’est du suicide.

3. Parce qu’il offrait des chefs d’oeuvres (2001, Barry Lyndon, Shining…) plutôt que des longs discours. Aujourd’hui, c’est Terrence Malick qui a pris le relais.

4. Parce qu’il était maniaque au point de faire repeindre une salle de cinéma en noir pour qu’une projection d’Orange mécanique soit parfaite.

5. Parce qu’il a dit à son actrice de Shining, Shelley Duvall : « On a jamais rien obtenu de grand sans souffrance », poussant le vice jusqu’à refaire cinquante fois la même prise. Quand on sait le calvaire subit par son personnage à l’écran, on a mal pour elle.

6. Parce que la transformation d’un os préhistorique en vaisseau spatial sur fond de Strauss au début de 2001 l’odyssée de l’espace est le plan le plus sidérant de l’histoire du cinéma.

7. Parce que son travelling au steady-cam sur Nicholson avec son regard de fou furieux et sa hache dans Shining hantera à jamais nos esprits.

8. Parce que sous leur apparente frigidité, ses films – comme chez Hitchcock -, traduisent un refoulé qui confine à la perversité. Voir la jeune Lolita dévorée par un trop mûr James Mason ou la partouze masquée d’Eye Wide Shut.

9. Parce que son film sur Napoléon qu’il n’a pourtant jamais tourné, reste le fantasme cinéphile le plus puissant de l’histoire.

10. Parce que la violence stylisée et très lookée d’Orange mécanique sur fond de Beethoven revisité est indémodable, donc indécrottable!

Tsunami…

Publié le

La Photo du jour…

Publié le

Le Parc Asterix, c’est pas vraiment mon dada. Je lui préfère Disney. Chez un choix. Il vaut ce qu’il vaut, c’est sur. Pour la photo je trouve que  Mickey a plus de charme que nos ancêtres les Gaulois. Pour la vitesse faut voir…

Tsunami…

Publié le Mis à jour le

Une carte vaut mieux qu’un long discours. Parole de Géographe.

Hiroshima Mon Amour…

Publié le Mis à jour le

Ce n’est en aucun cas de l’anti-nucléaire primaire, mais il est vraiment temps de jouer carte sur table.

No comment…
http://www.targetmap.com/viewer.aspx?reportId=4870

Le Livre du Jour…

Publié le

« Seul le Silence » de R.J Ellory

Il y a bien longtemps que je n’ai point lu un roman aussi noir. Une pure merveille de narration et d’écriture qu’on avale à vitesse grand « v » et vous laisse complètement pantois.

Roman noir

4 Sans doute est-ce cette prose apparemment limpide, singulièrement dense, puissamment évocatrice. Cette manière su-breptice de distiller le soupçon et l’inquiétude, de faire toucher, de façon palpable, l’emprise de l’obsession sur le narrateur, qui font de ce livre un véritable piège, dévorant, parfaitement construit. Seul le silence, premier roman traduit du Britannique Roger Jon Ellory, est une révélation. On pense à De sang-froid, de Truman Capote, auquel il est dédié, pour la précision maniaque de ses détails, cette volonté d’épuiser son sujet, cet acharnement à comprendre les crimes qu’il met en scène. Une série de viols et de meurtres de fillettes, commis sur une trentaine d’années, au fin fond du sud des Etats-Unis. Joseph Vaughan, qui avait tout juste 12 ans, l’été 1939, quand tout a commencé et qui, devenu écrivain, va consumer sa vie à tenter d’élucider le mystère, raconte par le menu. Seul le silence est un impeccable thriller, d’une éclatante noirceur, un livre magnifique sur l’énigme du Mal et la culpabilité, la rédemption par l’écriture. Mais surtout la tragédie d’un homme « exilé », brûlé par ses souvenirs d’enfance, marqué par la mort qui a très tôt frappé à sa porte. Exactement résumé par cette phrase de la romancière Cynthia Ozick, citée en exergue : « Ce que nous nous rappelons de notre enfance, nous nous le rappelons pour toujours – fantômes permanents, estampés, écrits, imprimés, éternellement vus. »
Michel Abescat